• Grenade

     

     

     

    Elle s’ouvre et explose, tache le mur, mes mains, les chaises, jaillit sur la vitre. Aigre-doux, légèrement pourri, son sang s’impose sur les couleurs plus claires, s’invite sur les blancs, s’échappe en fusantes gouttes  carmin, vers les murs. L’ouverture décolle ses territoires.

     

    La cuisine retentit de ses taches.

     

    J'écrase le rouge en petits cercles concentriques. Brandis un couteau, poursuis la découpe des lèvres. Dépèce, ramasse les semences d’un bain rouge, ôte les éléments de pourriture : Marrons imposés par le temps, rognent et foncent la peau, ramollissent les chairs. (Le marron est un rouge lâche et mou)

    Les graines craquent comme des os-échardes dans la matière-langue. Satisfaction d’une laborieuse extraction : union détruite, corpuscules multipliés, voie ouverte à la couleur, à la mathématique.

    Goûte le résultat liquéfié de la mise à bas. Jette les restes par la fenêtre.

     

    Cri.